Oeuvre CD

Piercing the Curtain

Auteurs : Bruno Aeberli x Rhonda Holberton

Date : 2021

Matériel : 3D printed polylactic acid, audio, transducer, leather, stainless steel, styrofoam, acrylic plaster, resin, pigments, color filters, telescopic tube, a LCD screen, wires, two amplifiers, four vibrant speakers, raspberry, color filters

Dimensions : Variable

Type : Sculptures & performance digitale

Durée : 79 days 22 hours 23 minutes 14 seconds 40 milliseconds

"Piercing the Curtain" présente plusieurs œuvres communes réalisées par Bruno Aeberli et Rhonda Holberton. Ces dernières ont évolué au cours d'une période de quatre mois de correspondance à distance entre les deux artistes. Les conversations ont commencé comme beaucoup d'autres dans le contexte post-COVID, par le biais de Zooms et au milieu des incendies de l'été 2021 à San Francisco et des inondations en Europe.  Dans ces conditions spécifiques, un loci a commencé à émerger: les manifestations matérielles de signaux numériques avec un accent particulier sur la phénoménologie du changement climatique, l'enchevêtrement des infrastructures qui nous entourent, la tension entre les perceptions d'une planète mondialisée en réseau continu et les différences frappantes entre expériences humaines à travers les frontières de toutes sortes.

Plusieurs Transplants sont ainsi visibles à San Francisco à la galerie Bass & Reiner et à La Becque, Résidence d'artistes, La Tour-de-Peilz. "Transplant 1", a commencé par un scan 3D créé par Bruno Aeberli dans une salle des machines située au sous-sol du pavillon nord de La Becque et contrôlant l’intégralité du chauffage du site. Transféré numériquement à Rhonda Holberton, les fichiers lui ont permis de produire une série de sculptures par impression 3D qui sont présentées à San Francisco.

De même, "Transplant 2" a commencé par la numérisation 3D d'une poutre métallique faisant partie de la structure porteuse de la galerie de San Francisco. Le fichier que Holberton a transmis à Aeberli lui a servi de référence visuelle pour reproduire ici à la main deux versions en ruine de l'élément porteur.  

"Transplant 3" sert de transfert acoustique entre les deux emplacements. Des enregistrements audio échantillonnés par les artistes aux deux endroits sont activés à travers des dispositifs spéciaux pour reproduire leur signal audio original enregistré à 9 352 km de là. À San Francisco, le public fait l'expérience du signal transmis par l'intermédiaire d'un transducteur installé sous une banquette de la galerie. À La Becque, le public peut entendre le signal se mêler au bourdonnement de l'infrastructure grâce à un dispositif faisant vibrer les matériaux des machines qui l’entoure.

 

"All of Us Already" présente deux signaux numériques qui voyagent à l'échelle humaine à partir de chaque lieu d'installation. Le public de part et d’autre peut voir le signal voyager en temps réel, un voyage qui a commencé le 23 octobre et qui durera 80 jours. À San Francisco, les visiteuses et visiteurs verront le signal numérique se déplacer vers l'est à une vitesse de 5 km par heure en direction de l'exposition en Suisse.  À La Becque, les visiteuses et visiteurs qui observeront le signal se dirigeant vers l'ouest pourront apercevoir les deux signaux se croiser à mi-chemin le 1er décembre 2021 et terminer leur voyage le 8 janvier 2022.   

Le titre de l'exposition fait allusion à la conférence de 1995, "Piercing the Curtain : Corona and the Revolution in Intelligence", sur le premier programme américain de satellites de photo-reconnaissance. Ce panneau traite de l'imagerie des satellites - qui en dispose, qui en disposera, ses utilisations, etc.  Les deux artistes de cette exposition considèrent l'identité numérique, les réseaux, le travail et les manifestations matérielles des signaux numériques. Les œuvres circonscrivent la réalisation physique des apparitions numériques en utilisant le langage comme technologie, permettant à l'énonciation de conjurer et de manifester.